Inauguration de l’exposition le siècle des poudriers au Musée International de la Parfumerie

En présence de Dominique Bourret, Vice Présidente à la CAPG déléguée à la Culture, Adjointe au maire déléguée au Grand Centre, au livre, à la lecture publique et à la Médiathèque, Nicolas Doyen, Adjoint délégué à la culture et au patrimoine, Anne de Thoisy Dallem, Collectionneuse et commissaire de l’exposition, Grégory Couderc, responsable scientifique attaché de conservation du patrimoine, et des équipes des musées.

Lieu de découverte et d’initiation ouvert à tous les publics, le musée joue un rôle important en termes de médiation et de transmission des savoir-faire liés au parfum.

À la fois lieu de mémoire mais avant tout établissement vivant, le Musée International de la Parfumerie présente l’histoire mondiale de la parfumerie et met en lumière les savoir-faire grassois reconnus comme vous le savez tous au Patrimoine Culturel et Immatériel par l’UNESCO fin 2018. Un héritage des générations passées que nous avons le devoir de transmettre. Et c’est bien dans cette perspective de partage des connaissances et de valorisation de nos collections que, chaque année, nous consacrons une grande exposition liée à l’univers de la parfumerie et à son histoire.

Cette année, plus que de coutume, l’ouverture de notre exposition est un événement important. En effet, dans ce contexte de crise sanitaire que nous traversons depuis plus d’un an, la culture a été un des secteurs les plus fortement touchés.

L’art, la création artistique dans son sens le plus large est quelque chose d’essentiel et je crois que la nécessité de la culture est apparue encore plus forte pendant cette période après des mois de fermeture que ce soit pour nos musées, nos théâtres, nos cinémas, nos salles de spectacle…

La réouverture de nos équipements le 19 mai, même si elle est encore conditionnée par des mesures sanitaires restrictives, a été un soulagement pour nous tous, un soulagement pour les équipes des musées qui ont besoin de ce contact avec leurs publics pour transmettre leurs connaissances.

On peut le dire la culture réenchante un territoire, une ville et en Pays de Grasse, notre volonté est de réinspirer le territoire par la culture Chère Dominique Bourret, Cher Nicolas Doyen.

Peut-être que cette crise finalement est une opportunité pour le développement de la culture en France. Souvent négligée, oubliée des politiques publiques, elle a été trop souvent une variable d’ajustement, le coup d’éclat. Aujourd’hui, après plus d’un an de crise, chacun prend conscience que la culture n’est pas un luxe mais une ardente nécessité.

A Grasse, nous l’avons compris depuis très longtemps, Chère Dominique. Une ville labellisée, Ville d’Art et d’histoire, grâce à son patrimoine historique, son patrimoine matériel et immatériel, une ville qui regroupe pas moins de 6 musées en cœur de ville et qui servent la renaissance de notre cité, de véritable ressort de rayonnement.

L’inauguration qui nous rassemble aujourd’hui n’est donc pas un acte isolé. C’est une nouvelle pierre à l’édifice de nos politiques culturelles qui incarne ce que doit être un lieu culturel : à savoir un lieu de passerelles.

Passerelle entre le public et l’art mais aussi passerelle entre la mémoire et le présent, passerelle entre les territoires grâce à la coopération d’institutions culturelles qui font circuler les œuvres.

En effet, initialement prévue à l’été 2020 et reportée dans le contexte pandémique, cette exposition « Le siècle des poudriers » est le résultat d’un partenariat fructueux conclu avec la collectionneuse Anne de Thoisy-Dallem et Bibliothèque FORNEY de Paris.

En cette période où chacun a pris conscience que le monde est fragile, une exposition consacrée à l’histoire de la poudre de beauté depuis la Belle Époque s’est imposée par son côté inédit, à la croisée de l’innovation technologique et de la création artistique mais aussi par son univers frivole et fantaisiste.

Dans cette exposition, nous avons le privilège de présenter pour la première fois au public la collection particulière d’Anne de Thoisy-Dallem, collectionneuse de boîtes à poudre et ancienne conservatrice du patrimoine. Cette exposition itinérante sera ensuite présentée à la Bibliothèque Forney du 3 novembre 2021 au 30 janvier 2022. Je veux qu’ensemble nous la remercions. Chère Anne de Thoisy-Dallem, réaliser une exposition en coproduction avec la prestigieuse bibliothèque parisienne spécialisée dans le domaine artistique et son partenaire événementiel Bibliocité, est un honneur pour la ville de Grasse, pour les élus du Pays de Grasse et pour les équipes des Musées. Je veux aussi remercier ici Bibliocité, représentée par Annabelle Allain, responsable de la communication, qui nous fait l’honneur de sa présence pour ce vernissage.

Le Musée International de la Parfumerie est un musée de société dont nous sommes fiers et que nous souhaitons partager et faire connaître au plus grand nombre.

Aussi, je voudrais adresser mes plus sincères remerciements aux institutions publiques qui nous apportent leur soutien pour tous nos projets culturels, remercier l’ARMIP, l’association des Amis du Musée International de la Parfumerie, toujours à nos côtés et qui nous soutient financièrement sur de nombreux projets grâce au mécénat.

Je voudrais saluer le travail remarquable des membres du comité scientifique sous la direction de Grégory Couderc, Responsable scientifique des musées de Grasse : Cindy levinspuhl, Nathalie Derra.

Remercier le service des publics et nos médiateurs culturels qui partagent leurs connaissances auprès de tous les publics, très investis dans l’Education Culturelle et Artistique, un axe majeur de notre politique culturelle en Pays de Grasse.

Et bien sûr remercier les services administratifs, le personnel d’accueil, les services techniques.

Pour nos équipes, cette période de fermeture a été éprouvante. Et nous devons saluer leur courage, leur patience, leur espoir pendant toutes ces semaines quand on sait que le cœur d’un musée c’est le public.

Aussi, je voudrais remercier les différents prêteurs de cette exposition : à Paris, le Centre Pompidou, Musée des Arts décoratifs et le Petit Palais. Mais aussi le musée des Beaux Arts de Bordeaux et le MAMAC à Nice entre autres. Je tiens à saluer Serge Liagre qui nous a fait le plaisir de nous prêter 4 magnifiques robes que vous allez découvrir.

J’adresse également mes remerciements aux auteurs qui nous permettent d’accompagner cette exposition d’un ouvrage que vous pourrez découvrir dans la boutique du MIP.

Enfin, mes remerciements s’adressent à la scénographe Maddalena Giovannini et sa graphiste Caroline Germain qui ont un fait un travail remarquable de mise en scène colorée et généreuse.

Rêvez, sentez, explorez et voyagez dans cet univers remarquable des poudriers du siècle dernier. Je crois qu’il n’y a pas d’autre manière de visiter cette exposition exceptionnelle.

libero ipsum mi, id Donec quis, elit. consectetur in elementum ante. ut
X